lundi 25 mai 2009

Le 26 mai bouge tes cannes


Mai 2009 n’embellira pas l’histoire sociale comme on aurait pu l’espérer. A chaque jour pourtant son annonce de casse. Aujourd’hui c’est à Chateaufort, dans les Yvelines, qu’on attend 500 suppressions d’emplois. Ainsi depuis le début de la crise ce sont des dizaines de milliers de travailleurs qui sont jetés chaque mois sur tout le territoire. Allez voir sur « Rue 89 » la carte de la crise sociale. Elle est noire de noir. A la fin de l’année le casino libéral aura fait pas loin d’un million de victimes.
Pourtant on sent se casser la montée de la révolte qui avait fait chauffer les pavés des 19 janvier et 19 mars. Quel assourdissant silence depuis l’infléchissement du 1er mai, comme si un lent fatalisme commençait à gangrener les esprits. A moins que ce ne soient la réussite du lent pourrissement organisé par le pouvoir et son sournois embrigadement sécuritaire. A moins que l’indifférence des encore nantis ou des pas touchés finisse par imprégner le corps social. Dans les médias c’est silence radio. Aucun édito sur la journée du 26 mai. Les journaux ont la une dans les paillettes et les cocoricos cannois. Demain ils seront dans les tribunes à voir passer des baballes dans les lunettes crocodile de Roland Garros. Pendant la crise on veut la crise de rire ou de foie. Et pour beaucoup cela semble très facile.
Alors demain, ce 26 mai qui ressemble à une prolongation de pont dans l’esprit des grands syndicaux plus qu’aux prémisses d’une grève générale risque d’être le baroud de déshonneur d’un abandon des damnés du libéralisme à leur maigre sort. Alors ce 26 mai on risque de payer très cher demain l’addition des réelles ambitions élyséennes. Déjà ce qui ressemble à un échec des mouvements des chercheurs, universitaires, étudiants ou blouses blanches va ouvrir le boulevard des privatisations des universités et hôpitaux. Alors que dans le même temps, la suppression d’un emploi sur deux dans la fonction publique reste l’ambition réaffirmée.
Et pendant ce temps, flattant la peur et l’égoïsme qui vont si bien avec les crises on expulse manu militari, à peine installées, les tentes don quichottistes, des quais parisiens comme les sans papiers ou autre roms envahissants. Et Pendant ce temps, on rafle à la sortie de l’école les supposés petits voleurs de bicyclette, on annonce un flic derrière chaque élève ou cartable. Et Pendant ce temps, on transforme en terroriste le moindre gauchiste, en justiciable le moindre citoyen un peu trop pendu de la langue, en gardé à vue le moindre rêveur. Et pendant ce temps, on moralise en paroles mais on se reprépare en coulisse des lendemains de couilles dorées.
Alors ce 26 mai 2009, si nous leur faisions un sonnant festival de cannes sur leurs planchers pourris.

1 commentaire:

  1. pendant la crise on veut la crise de rire ou la crise de foi

    RépondreSupprimer

Un commentaire ?